P(o)R(n)

Les rapports entre les PR et le porn viennent de trouver un magnifique nouvel exemple dernièrement dans la sphère Wikimedia.

Jimbo Wales, au lendemain des accusations de Larry Sanger, s’est fendu d’une action qui, quoique franchement limitée1, a néanmoins déclenché une tempête dans un verre d’eau2,3,4.

Alors certes, Larry Sanger a encore piqué un caprice5. Certes, il se peut que des gamins en manque de pr0n se rendent sur Commons pour subvenir à leurs besoins (franchement très limités, et sans doute plutôt homosexuels, tant on trouve beaucoup plus d’impudiques chez les hommes que chez les femmes parmi les contributeurs).

Mais cela justifiait-il de se lancer de manière particulièrement précipitée dans la procédure qu’il a entamée, encourageant les autres administrateurs de Commons à la poursuivre ? À mon sens, non. Pour celui qui se veut le visage de la Wikimedia Foundation, on pourrait même sans le moindre doute parler de raté. L’affaire est déjà reprise dans la presse6, et ça fait ricaner.

Et quand je parle de précipitation, je ne parle pas à la légère. Certes, le dessin de Félicien Rops, un artiste belge du XIXème siècle, représentant Thérèse d’Avila « en pleine mortification » (la formule est de Cimon Avaro, je la trouve charmante compte tenu du sujet), n’illustre pas parfaitement le sujet (ni celui de la masturbation féminine, il est quand-même peu détaillé ; ni celui de Sainte-Thérèse d’Avila, il est quand-même trop détaillé) ; mais il illustre parfaitement l’auteur, qui à cause d’œuvres coquines telles que celle-ci n’a pu accéder à la même célébrité que, par exemple, Daumier, caricaturiste aussi et quasi contemporain, mais pas pornographe. Que dire aussi d’un dessin innocent (ou presque) pouvant aisément servir d’extension à une campagne de publicité bien connue pour les produits laitiers, (je sais que vous avez en tête une autre extension de cette même campagne… vous avez pas honte ? ) mais dont on comprend en lisant le nom qu’il représente une pratique sexuelle marginale ?

Jimbo s’est déjà servi de certains outils à sa disposition hors consensus a priori, dans des circonstances totalement différentes, ce qui avait déjà fait couler de l’encre, mais avait par la suite été accueilli plus favorablement par la communauté. Mais là, il s’est vraiment complètement mis dedans.

Je n’ose qu’à peine songer à la position dans laquelle il a mis le Board vis-à-vis de la communauté  et des médias :

  • soit le Board le  soutient (a posteriori), et perd donc une bonne partie de sa crédibilité devant la communauté qui l’a élu, mais sauve la face devant les médias – pas pour longtemps, je sens venir les articles sur le clash Board/Communauté dans ce cas ;
  • soit le Board le descend (a posteriori aussi), et conserve sa crédibilité devant la communauté qui l’a élu, mais risque de surprendre les médias, qui considèrent encore Jimbo comme BDFL et vont donc sans le moindre doute écrire d’autres articles dessus ;
  • soit le Board ne fait rien, ne dit rien (là encore, a posteriori), et perd sa crédibilité devant la communauté qui l’accusera de ne rien faire contre Jimbo, et devant les médias qui l’accuseront de ne rien faire contre le porno ;
  • dans les trois cas, le malus en terme de PR est énorme : quelque groupe que ce soit qui retire sa confiance au Board réussira sans le moindre doute à convaincre l’autre – tout du moins en partie – à faire de même ; dans les trois cas, la Foundation, les projets qui en dépendent, et la communauté d’utilisateurs seront lésés.

Anthere (Florence Devouard, ancienne membre du Board) a justement fait remarquer qu’on pouvait faire toute confiance à Jimbo pour reconnaître du porno quand il en voyait, vu qu’après tout il a géré un site porno, ce qui fait donc de lui un expert en la matière. Elle semble cependant regretter l’attitude de Ting Chen, qui ne considère pas que le contenu licencieux doive être supprimé, mais finit par se rétracter et estime qu’il a bien fallu faire quelque chose et que Jimbo a eu bien raison – en un seul et même mail ; et celle plus surprenante encore de Stuart West, qui va jusqu’à blâmer la communauté pour la situation.

Et dans cette affaire, qui y perd ? La communauté, bien entendu. L’un des plus gros votes que j’ai vus dans la communauté d’utilisateurs de wikis de la WMF (déjà plus de 500 participants) est aussi l’un des plus gros motifs de division de ladite communauté : on s’y critique sans analyse, on s’y insulte sans vergogne, bref on s’y tape dessus comme des chiffonniers… J’espère seulement que ce n’est pas pour laisser Larry Sanger régner. Ce WikiDrama merveilleusement (dés-)organisé, parfaitement déclenché par celui qui par la communauté est vu comme un troll capricieux qui cherche à se venger de Wikipédia7 – eh oui, ce coup-ci je me prononce -, m’a convaincu à lancer ce blog. Je compte bien parler de temps en temps d’autre chose que du WikiDrama, je vous rassure. Mais dans l’immédiat, ça me paraît un bon départ pour un blog, pas vous ?


  1. 77 images supprimées en tout et pour tout, dont 34 ont été restaurées par la suite []
  2. [[meta:Requests for comment/Remove Founder flag]] []
  3. [[meta:RfC/Restore Founder flag]] []
  4. [foundation-l WMF mailing-list] []
  5. après avoir annoncé « une atmosphère socio-politique empoisonnée dans le projet sans laquelle il aurait pu continuer à participer » lors d’une interview en 2004 ; après avoir envoyé un courrier au FBI pour dénoncer les prétendus (je ne me prononce pas sur la véracité de ces accusations, ce n’est pas mon rôle) contenus pornographiques voire pédopornographiques que comporterait Commons, la porte d’accès principale aux fichiers libres hébergés par la Wikimedia Foundation ; après avoir tenté d’alerter les médias (et principalement Fox News, une chaîne d’information américaine dont les positions sont en général proches du conservatisme) lorsqu’il s’est rendu compte que le FBI n’avait pas pris son courrier au sérieux ; il a finalement prévenu les donateurs institutionnels de la Wikimedia Foundation lorsqu’il s’est rendu compte que la présentation de l’affaire par Fox News avait fait un flop – pour ne rencontrer qu’un succès que très mitigé, la plupart d’entre eux si ce n’est tous ayant considéré cette démarche et les allégations qu’elle développait comme excessives []
  6. liens 1 ; 2 []
  7. et comme disait je ne sais plus qui, « quitte à confier mes gosses à quelqu’un, à choisir, ce serait pas à Larry Sanger : t’as vu la tête de pervers ? » []

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre lang="" line="" escaped="" cssfile="">